À propos de Median

À propos de Median

Je viens d’une petite nation indépendante appelée Median. Nous avons la réputation dans certains cercles d’être des pirates et des traîtres, mais c’est parce que nous sommes des penseurs libres, peu susceptibles de suivre aveuglément les ordres. Oui, nos ancêtres étaient littéralement des pirates, le fléau du ciel, mais nous avons abandonné cette occupation il y a longtemps.

Median est composé de beaucoup de petits krhols. L’archipel n’est guère plus grand que certaines villes impériales. Il est situé dans le Grand Vide, à mi-chemin entre Borélan et le rebelle Austaria, loin de toute autre nation connue.

Il pend haut sous le ciel orange. Ses krhols sont cachés dans la brume qui roule sous les nuages ​​toxiques. Pendant de nombreuses années, les gens ont voyagé à proximité sans même deviner sa présence. Certains romantiques appellent Median les Îles Brumeuses.

Après des années de piraterie, les habitants de Médian ont été annexés à l’Empire Borelan. Nous sommes devenus les membres d’équipage expert de l’Armada Impériale. Aucun autre ne peut rivaliser notre maîtrise des vents et l’agilité de nos dirigeables. L’archipel est devenu un centre commercial connu.

Mais même alors, nous ne convenions jamais vraiment à l’uniforme. Lorsque la Guerre du Vide a commencé, nous nous sommes battus courageusement pour nos nouveaux maîtres … pour un temps. Nous nous sommes rapidement retrouvés appelés par les coloniaux et leur quête de liberté. Après des années de conflits, c’est nous qui avons mis fin à la guerre. Nous avons retourné nos vestes et saisi une grande partie de l’Armada impériale stationnée sur nos quais, incendiant la plupart des navires et réquisitionnant le reste. Nous nous sommes ralliés à la cause Austarienne et avons repoussé l’Empire jusqu’à Borélan.

Depuis ce temps, nous prospérons grâce au commerce entre l’Empire et Austaria. Nous sommes une nation minuscule mais bien connue, les architectes de cette paix retrouvée. Nous sommes les gentils rebelles, les joyeux coquins, les derniers grands aventuriers de Sephas.

 

l’Empire Borelan

À propos de l’Empire Borélan

Il y a plus de cent ans, la majorité de Sephas était sous la domination de l’Empire Borélan. Ces explorateurs et ces nobles à l’esprit militaire ont conquis la plupart des grands krhols, étendant leur influence à travers le monde connu. Ils me rappellent un peu l’Empire anglais à son apogée mais avec une forte connotation allemande.

C’est la croyance de la plupart des habitants de l’Empire que leurs nobles conservent dans leur sang des parties de l’essence des dragons mythiques, les titans qui gouvernaient jadis le monde. Ils croient que c’est leur sainte présence qui maintient les krhols dans les airs. La religion officielle de l’Empire est basée sur ce fait. Elle maintient les nobles en position de pouvoir et garde le troupeau paisible.

Il y a un peu plus de cent vingt ans, la plus grande des colonies s’est détachée de l’Empire, déclenchant une guerre dévastatrice. La Guerre du Vide a duré près d’un demi-siècle et a dépouillé la terre de plusieurs de ses jeunes hommes. À un moment donné, même les enfants et les femmes ont rejoint le combat. Elle a été disputée principalement à travers la Grand Vide, un vaste océan de vents qui dévorent tous ceux qui y tombent. La guerre a été gagnée par les colonies, fissurant la façade de force adamantine établie par les impériaux.

Depuis que mon père a découvert les propriétés magnétiques de l’austarite il y a trente-cinq ans, la poigne de fer de l’Empire s’est un peu assouplie. La preuve scientifique que la matière étrange joue un rôle dans le fait que les krhols restent suspendus dans les airs contredit directement l’origine religieuse du droit des nobles Borélan de régner sur leurs pairs. Beaucoup de colonies plus anciennes ont commencé à se dissocier de l’église et à s’émanciper de l’Empire.

Aujourd’hui, l’Empire Borelan est l’ombre de son ancien soi. Il n’est plus le seul maître du monde. Encore un joueur puissant dans la politique de Sephas, il partage maintenant le champ avec beaucoup de ses anciennes colonies. Je crois que le sang des dragons bouillonne dans les veines de leurs nobles, attendant l’heure du jugement.

la science de Sephas

À propos de la science de Sephas

J’ai été très surpris la première fois que j’ai regardé votre ciel. C’est la première chose que j’ai remarquée lorsque je suis sorti du bâtiment dans lequel je suis apparu. Il était bleu, bleu maculé de cumulus blancs. C’est tellement différent de mon monde, vous voyez. Une épaisse couche de nuages ​​orangers couvre perpétuellement le ciel de Sephas. Nous ne voyons jamais les étoiles. Nous n’avons jamais une vue directe du Soleil.

Ici, le Soleil est le centre de votre univers. Votre Terre tourne autour de lui. Chez moi c’est l’inverse. Sephas est immobile dans le vide cosmique. Notre Soleil tourne autour de lui. La nuit, nous pouvons encore le voir à travers le centre orageux de la planète. La plupart des gens pensent qu’il est orange comme les nuages ​​omniprésents mais ce n’est pas le cas. Il est blanc et jaune, comme le vôtre. Au-dessus de la ligne des nuages, il brille aussi fort que le Soleil terrien.

Nous brûlions autrefois du charbon dans nos machines à vapeur, comme vous l’avez fait dans le passé, mais depuis nous nous sommes tournés vers l’austarite. C’est une substance semblable au métal qui brûle plus chaud et plus longtemps que le charbon s’il est placé sous la flamme. De nos jours en Sephas, l’austarite alimente la plupart des moteurs. Il permet de faire des voyages plus longs, ouvrant de nouvelles voies et élargissant le monde. Ces moteurs sont plus petits aussi. Cette miniaturisation de la technologie nous aide à créer de nouvelles machines, de meilleures machines.

L’austarite a de nombreuses propriétés. Nous en extrayons un gaz nommé austaron. Ce gaz est plus léger que l’air mais plus lourd que la substance dont est faits le couvert nuageux. Il nous permet de voyager à grande vitesse juste sous la ligne des nuages ​​à bord de glisseurs, des engins spéciaux qui ne peuvent jamais toucher le sol. Traitée correctement, l’austarite génère également un champ magnétique. Ce phénomène joue un rôle dans le principe par lequel les krhols sont suspendus dans les airs sous les nuages ​​orangers. Mon père pourrait vous en dire beaucoup plus à ce sujet. C’est lui l’expert après tout.

About Median

About Median

I come from a little independent nation called Median. We have a reputation for being pirates and traitors in some circles but this is because we’re free thinkers, unlikely to follow orders blindly. Yes, our ancestors were literally pirates, the scourge of the sky, but we abandoned this business long ago.

Median is composed of many smaller krhols. The whole archipelago is no larger than some Imperial cities. It is located in the Great Emptiness, midway between Borelan and the rebellious Austaria, far away from any other known nation.

It hangs high under the orange sky. Its krhols are hidden in the mist that runs under the toxic clouds. For many years, people traveled under it without even guessing its presence. Some romantics call Median the Misty Islands.

After years of piracy, the inhabitants of Median were annexed to the Borelan Empire. We became the expert crewmen of the Imperial Armada. None other rivals our mastery of the winds and the agility our airships. The archipelago became a known trade center.

But even then we never truly fit the uniform. When the War of the Void begun, we fought bravely for our new masters … for a time. We soon found ourselves drawn towards the colonials and their quest for freedom. After years of conflicts, it is us who ended the war. We turned our coats and seize a large part of the Imperial Armada stationed at our docks, burning most ships and commandeered the rest. We rallied to the Austarian cause and repelled the Empire back to Borelan.

Since then, we thrive on the trade between the Empire and Austaria. We’re a small but well-known nation, the architects of this newfound peace. We’re the kind rebels, the joyous rogues, the last great adventurers of Sephas.

the Borelan Empire

About the Borelan Empire

Over a hundred years ago, most of Sephas was under the rule of the Borelan Empire. Theses explorers and military-minded nobles conquered most large krhols, stretching their influence across the known world. They somewhat remind me of the English Empire at its peak but with a strong German undertone.

It is the belief of most inhabitants of the Empire that their nobles retain in their blood parts of the essence of the mythical dragons, the titans that use to rule the world. They believe it is their holy presence that maintains the krhols in midair. The official religion of the Empire is based on this fact. It maintains the nobles in a position of power and helps shepherd the flock peacefully.

A little over a hundred and twenty years ago, the largest colony broke off from the Empire, starting a devastating war. The War of the Void, as it came to be called, lasted for almost half a century and drained the land of many of its young men. At one point even children and women joined the fight. It was disputed mainly across the Great Emptiness, a vast ocean of winds that devour everyone who falls in it. The war was won by the colonies, breaching the pretense of adamantine strength established by the imperials.

Since my father discovered the magnetic proprieties of austarite thirty-five years ago, the iron grip of the Empire loosened some more. The scientific proof that the strange matter is instrumental in the fact that krhols stay suspended in midair directly contradicts the religious origins of the Borelan nobles’ right to rule. Many older colonies started to dissociate themselves from the church and thus emancipate themselves from the Empire.

Today, the Borelan Empire is the shadow of its old self. It is no longer the lone master of the world. Still a powerful player in Sephas’ politics, it now shares the field with many of its former colonies. I believe the dragon’s blood is boiling in the vein of their nobles, waiting for the hour of the reckoning.

the science of Sephas

About the science of Sephas

I was very surprised the first time I looked up at your sky. It is the first thing I noticed when I got out of the building in witch I appeared. It was blue, blue dotted with white cumulus. It’s so different from my world, you see. A thick coat of orange clouds perpetually covers Sephas’ sky. We never see the stars or have a direct view of the Sun.

Here, the Sun is the center of your universe. Your Earth spins around it. At home it’s the other way around. Sephas is immobile in the cosmic void. Our Sun revolve around it. At night, we can still see it thru the planet’s stormy center. Most people think it is orange like the omnipresent clouds but this is not true. It is white and yellow, like yours. Above the cloud line, it shines as strongly as yours.

We use to burn coal in our steam engine, like you did in the past, but since then we turned to austarite. It is a singular metal-like substance that burns hotter and longer than coal if put under the flame. Nowadays in Sephas, austarite fuel most engines. It enables farther travels and explorations, opening new routes and broadening the world. Theses engines are smaller too. This miniaturization of technology helps us create new machines, better machines.

Austarite has many proprieties. From it, we extract a gas named austaron. This gas is lighter than air but heavier than the stuff the orange clouds are made of. It enables us to travel at great speed just under the cloud line aboard gliders, special crafts that can never touch the ground. Treated properly, austarite also generates a magnetic field. This phenomenon plays a role in the principle by witch krhols are suspended in midair under the orange clouds. My father could tell you much more about it. He’s the expert after all.

William Dellarian

A propos de William Dellarian
(english)

Je suis un explorateur. Bien avant que je commence à explorer d’autres dimensions, j’ai voyagé autour de ma propre planète, repoussant les limites de la mappemonde. Je viens de Sephas, un monde de dirigeables et de merveilleuses innovations. Mon père est un inventeur et c’est grâce à l’une de ses machines que je suis ici aujourd’hui.

Quand j’étais un jeune garçon, les aventures de ma famille m’ont amené d’un bout à l’autre du monde connu. Ensemble, nous avons combattu la Lamedragon, une organisation sombre qui s’acharnait à plonger l’humanité dans le chaos. J’ai visité de nombreux pays, parlé à des hommes de nombreuses cultures. J’ai fait des amis qui m’ont duré toute une vie et appris des leçons qui m’aident encore aujourd’hui.

Plus tard, à l’approche de l’âge adulte, je me suis placé sous la poigne de fer du Capitaine Claude leMage, un corsaire de renom. Je suppose que j’avais besoin de plus d’aventures. Sur le Capricorne, le vaisseau de leMage, j’ai appris à me battre et à me débrouiller seul. J’ai voyagé dans des cieux inexplorés, mettant le pied sur des krhols déserts. Sur ces îles vierges, j’ai combattu des créatures inhumaines et découvert d’anciens secrets.

J’étais dans la fin de la trentaine lorsque je suis rentré à la maison. Mon père était sur le point de tester sa dernière merveille: un inducteur de fissure dimensionnelle. La machine crée un portail vers des dimensions parallèles; une porte d’où l’on peut entrer ou sortir. Comme ses propres aventures étaient terminées, je me suis enrôlé comme cobaye. Nous avons bientôt appris que beaucoup de ces mondes étrangers sont remplis de vie, de vie dangereuse. J’ai perdu plus que quelques compagnons au fil des années.

Je viens ici depuis deux ans maintenant. J’ai appris beaucoup de choses sur votre monde depuis. J’aime votre Terre et ses nombreuses possibilités. J’aime votre technologie et ses applications infinies. Je n’ai pas fini de visiter ce monde, loin de là.

photo : Rejean Labelle

William Dellarian (english)

About William Dellarian
(français)

I’m an explorer. Long before I started exploring other dimensions, I traveled around my own planet, pushing back the limits of the map’s edges. I come from Sephas, a world of airships and wonderful innovations. My father is an inventor and it is because of one of his machines that I’m here today.

As a young boy, my family’s adventures brought me around the known world. Together, we fought the Dragonblade, a somber organization bent on plunging humanity in chaos. I visited many countries, talked to men from many cultures. I made friends that lasted me a lifetime and learned lessons witch still help me today.

Later, approaching adulthood, I placed myself under the iron fist of Captain Claude Magus, a known privateer. I guess I was in need of more adventures. On the Capricorn, Magus’ ship, I learned to fight and to fend for myself. I traveled to uncharted skies, setting foot on unexplored krhols. On those virgin sky-islands I fought inhuman creatures and discovered ancient secrets.

I was in my late thirties when I came back home. My father was about to test his latest wonder: a dimensional rift inducer. The machine creates a portal toward parallel dimensions; a door from witch one may step thru or from. Since his own adventuring days were over by then, I enlisted myself as his guinea pig. We soon learned that many of theses foreign worlds are filled with life, dangerous life. I’ve lost more than a few companions thru the years.

I’ve been popping here for two years now. I’ve learned a lot about your world since then. I like your Earth and its many possibilities. I love your technology and its infinite applications. I’m not done visiting this world, far from it.

Photo : Rejean Labelle

About Sephas

About Sephas

Let me tell you about where I come from. Let me tell you of Sephas.

The first thing that struck my senses here was the gravity. Your world has a little more pull than ours. I feel heavier here than at home. I cannot jump as far. Maybe it is due to the fact that Sephas is less dense than your Earth; composed of thousands of sky-islands we call krhols. We don’t have oceans. We don’t have land. Krhols are separated by vast emptiness of wind and air. They are suspended under an ever-present sheet of orange clouds, over an eternal storm filled with lightning and boiling gas.

Most krhols are rather small but a few are as big as some of your countries. On those, men have built cities and created proud nations. Peoples are as varied there as among Earth’s cultures. There are the dark skinned people from Amaron, obsessed with life and the balance of the world. The copper skinned inhabitants of the Tjaar Kingdoms tend to be calm and meditative. There’s Austaria, Egabar, Loganon and many others. Many of those nations were once parts of the Borelan Empire but the Empire since have dwindled back to the northern parts of Sephas.

I suspect we’re fewer than you are. The numbers aren’t easy to crunch. We don’t have yet a global organization worthy of the name. Nobody has traveled around the whole planet yet. Sephas is quite bigger than Earth, I suspect, but scarcely populated. It doesn’t help that the globe is almost entirely made of air.

Most of us travel from krhol to krhol in airships. The major trade routes are filled with zeppelins and gliders. They carry sugar, spices, wheat and fruits. Theses majestic carriers transport peoples across the vast nothingness, uniting all Sephas under an age of modernity and progress.

We don’t have iPods, computers or televisions. Most of our technologies function with steam-powered machines. Electricity is mostly unknown. It’s a natural phenomenon not yet harnessed by men. Emails and blogs are unheard of. We use carrying pigeons and the good old mailing system.

À propos de Sephas

À propos de Sephas

Laissez-moi vous parler d’où je viens. Laissez-moi vous parler de Sephas.

La première chose qui frappa mes sens ici fut la gravité. Votre monde a un peu plus d’attraction que le nôtre. Je me sens plus lourd ici que chez moi. Je ne peux pas sauter aussi loin. Peut-être est-ce dû au fait que Sephas est moins dense que votre Terre; composé de milliers d’îles du ciel que nous appelons krhols. Nous n’avons pas d’océans. Nous n’avons pas de terre. Les Krhols sont séparés par un vaste vide de vent et d’air. Ils sont suspendus sous une nappe omniprésente de nuages ​​orangers, au-dessus d’une tempête éternelle remplie d’éclairs et de gaz bouillant.

La plupart des krhols sont plutôt petits mais quelques uns sont aussi grands que certains de vos pays. Sur ceux-là, les hommes ont construit des villes et créé des nations fières. Les peuples y sont aussi variés que parmi les cultures de la Terre. Il y a les guerriers à la peau sombre d’Amaron, obsédés par la vie et l’équilibre du monde. Les habitants à peau cuivrée des Royaumes Tjaar ont tendance à être calmes et méditatifs. Il y a Austaria, Egabar, Loganon et bien d’autres. Plusieurs de ces nations étaient autrefois des parties de l’Empire Borélan, mais l’Empire a depuis retraité vers les parties septentrionales de Sephas.

J’ai l’impression que nous sommes moins nombreux que vous. Les chiffres ne sont pas faciles à comparer. Nous n’avons pas encore d’organisation globale digne de ce nom. Personne n’a encore fait le tour de la planète. Sephas est plus grand que la Terre, je suppose, mais à peine peuplé. Cela n’aide pas que le globe soit presque entièrement fait d’air.

La plupart d’entre nous voyagent de krhol en krhol grâce à des dirigeables. Les routes commerciales principales sont remplies de zeppelins et de glisseurs. Ils transportent du sucre, des épices, du blé et des fruits. Ces vaisseaux majestueux transportent les peuples à travers le vaste néant, unissant Sephas dans un âge de modernité et de progrès.

Nous n’avons pas d’iPods, d’ordinateurs ou de téléviseurs. La plupart de nos technologies fonctionnent avec des machines à vapeur. L’électricité est largement inexploitée. C’est un phénomène naturel qui n’est pas encore mis en laisse par les hommes. Les courriels et les blogs sont inconnus. Nous utilisons des pigeons voyageurs et le bon vieux système postal.