Apocalypses Laurentiennes 0/18

Apocalypses Laurentiennes

Accueil

Voici le récit de William et de ses cinq comparses. Voici l’histoire de leurs mésaventures survenues à l’été 1993 dans les contreforts des Laurentides.

Ce texte d’environ 24 000 mots était publié par sections de quelques pages, chaque lundi et vendredi matins. Le voilà livré en entiers pour vos yeux, chers ami(e)s.

Apocalypses Laurentiennes : Salut Benoît
Apocalypses Laurentiennes : Six déments en cavale
Apocalypses Laurentiennes : Sous la Terrasse Duffrin
Apocalypses Laurentiennes : Beaubonhomme
Apocalypses Laurentiennes : La terreur de Zacharie
Apocalypses Laurentiennes : Le grimoire
Apocalypses Laurentiennes : Fin de soirée chez Pépierre
Apocalypses Laurentiennes : L’Apocalypse
Apocalypses Laurentiennes : Les Laurentides
Apocalypses Laurentiennes : La cabane
Apocalypses Laurentiennes : La baignoire
Apocalypses Laurentiennes : La cave
Apocalypses Laurentiennes : L’idole grotesque
Apocalypses Laurentiennes : La manifestation
Apocalypses Laurentiennes : Awaë Wargdjan
Apocalypses Laurentiennes : Folie et obsession
Apocalypses Laurentiennes : La fuite
Apocalypses Laurentiennes : Affaires courantes

One thought on “Apocalypses Laurentiennes 0/18”

  1. Les Laurentides forment une région accidentée du Bouclier Canadien, un élément géologique important de la province de Québec. C’est un coin de pays souvent reculé et sauvage, inexploré; le cadre parfait pour une petite histoire d’horreur.

    « Apocalypses Laurentiennes » s’inscrit dans une série de textes mettant en avant plan le côté noir et mystérieux de la province de Québec. J’espère un jour rassembler ces histoires sous un même recueil : Québec Noir.

    J’ajouterai enfin que mon fils se plait à dire que William Douaire est un peu mon Randolph Carter, une projection de moi-même au sein de mes écrits. Il n’a pas complètement tors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *